Siège 25A

arriveparis1.jpg

Le voyageur et son webmaster de retour à Paris

English version at the bottom.

De retour au pays, après cette parenthèse, voici ma dernière chronique de voyage. Magie des vols transcontinentaux, quelques heures de vols me ramènent au début de 3 mois de découvertes. Par moments furtifs, je découvre par le hublot successivement l’agglomération de Lahore (salut Benoît) , les perles turquoises des lacs de Band i Amir et les massifs montagneux de l’Afghanistan, la mer Caspienne et le survol de la City de Londres en guise de dessert. Sans transition, je reprendrai ma vie quotidienne et professionnelle le lundi suivant, happé très vite dans le tourbillon de la vie européenne, le festival, les soirées entre amis au rosé et grillades, le boulot, la famille et gérer les affaires courantes.

Merci à tous ceux qui m’ont envoyé des messages, c’était le seul lien social dont je disposais, à Françoise qui m’a laissé partir qui a si bien compris mes envies, à mon webmaster Lucie, grâce à elle nous avons pu rester en contact et disposer de quelques images.

Et merci à tous ceux qui le temps d’un sourire, d’une poignée de main, d’un thé, d’un repas, d’un concert, d’une nuit m’ont accueilli avec tant de chaleur et d’amitié.

Et maintenant:

La moto se trouve à Delhi (salut à Kazi). Elle m’attend pour continuer.

Ce sera tout d’abord l’Inde, du Laddak au Sikkim en passant par le Népal, le nord Pakistan où j’aimerai bien retourner. Puis ce sera la traversée de l’océan indien par un moyen qui reste à déterminer pour rejoindre la péninsule Indochinoise, l’Indonésie et l’Australie. Ca devrait se situer vers les années 2010/2011, avec ma passagère préferée . En attendant, j’irai lui dérouiller les soupapes, (la moto, pas ma passagère!) en 2009 du coté du Rajasthan.

Voici un extrait de « L’usage du monde » de Nicolas Bouvier qui m’a accompagné pendant ces 3 mois de voyage.

« C’est la contemplation silencieuse des atlas, à plat ventre entre dix et treize ans qui donne ainsi l’envie de tout planter là. Songer à des régions comme le Banat, la Caspienne, le Cachemire, aux musiques qui y résonnent, aux regards qu’on y croise, aux idées qui vous y attendent…… La vérité, c’est qu’on ne sait comment nommer ce qui vous pousse. Quelque chose en vous grandit et détache les amarres, jusqu’au jour où, pas trop sûr de soi, on s’en va pour de bon. »

Je crois que c’est ce qui vient de m’arriver……..

A bientôt

Beubeu

Back home, after this parenthesis, this is my last column travel. Magic of transcontinental flights, a few hours flight brings me back to the early 3 months of discovery. Sometimes stealth, I discovered through the window turn the town of Lahore (hi Benoit), beads of turquoise lakes of Band i Amir and the mountains of Afghanistan, the Caspian Sea and the overview of the City of London . Without transition, I will resume my daily life and work the following Monday, quickly caught in the whirlpool of European life, festival, BBQ and wine parties with friends, my job, family and manage daily affairs.

Thank you to everyone who sent me messages, it was the only social bond that I had to Françoise who let me go that if understood my desires, my webmaster and daugter Lucie, thanks to her we could stay in touch and have some pictures.

And thank you to all who long for a smile, a handshake, a tea, a meal, a concert, a night welcomed me so warmly and friendship.

And now:

The bike is located in Delhi (hi to Kazi). She expects me to continue.

This will initially India, Laddak in Sikkim through Nepal, northern Pakistan, where I’d like to go well. Then it will cross the Indian Ocean by a means yet to be determined to join the Indochinese peninsula, Indonesia and Australia. It is expected to be around the year 2010/2011, with my favorite team mate. In the meantime, I’ll whack it valves, (the bike, not my passengers!) In 2009 on the side of Rajasthan.

Here is an excerpt from « The use of the World by Nicolas Bouvier who accompanied me during those 3 months of travel.

« It’s the silent contemplation of the atlas, flat belly between ten and thirteen who gives the urge to drop everything. Consider areas such as the Banat, the Caspian, Kashmir, the music that will resonate, to looks that there crosses, ideas that await you …… The truth is that no one knows what to call what you shoot. Something you grew up and off the ropes, until day, not too sure of himself, it goes away for good. « 

I think that is what has happened to me ……..

Soon

Beubeu

 

Laisser une réponse

Blue Captcha Image
Refresh

*