La Corée

English translation at the bottom

Arrivés en Corée par la seconde ville du pays, Busan , 5ème port container mondial , nous allons y effectuer une grande boucle jusqu’au nord , Séoul et retour par la côte ouest et sud, découpée en dentelle par d’innombrables îles. Les températures ont chuté, le camping a donc cessé, mais toujours bien reçus dans les hotels, motels ou petites guesthouses familiales. La navigation routière s’est avérée être un vrai casse tête Ch…., ou plutôt Coréen, l’accès des autoroutes étant interdit aux motos, ce n’est pas qu’on en raffole, mais rentrer ou sortir d’une mégapole de 5 ou 10 millions d’habitants bien stressés par les banlieues et les innombrables et interminables feu rouges n’est pas vraiment un grand plaisir. Mystère de l’antropologie, les automobilistes et chauffeurs de bus coréens doivent avoir des gènes marseillais, à leurs manières de conduire et de klaxonner.

A nouveau de belles rencontres, Jo, motard Coréen qui nous aidera grandement pour les formalités douanières d’entrées et Lee, rencontré au Tadjikistan en juillet qui nous interpelle dans la rue !!!!

La cuisine coréenne nous a bien régalé, bien qu’on aie eu du mal à identifier ce qu’on nous servait, tant du côté des algues, des salades, ou des fruits de mer, une poulpe jetée bien vivante et grouillante dans le bouillon au milieu du repas fait un bel effet sur des braves occidentaux .

Et puis s’il reste un tant soit peu de brin  » d’aventures  » dans les voyages à moto, au sens où on ne sait pas trop comment s’y prendre, comment ça va se passer, quand ça va se terminer et combien ça va coûter, c’est bien le moment où on doit traverser la grande bleue.  En effet toutes ces incertitudes sont de mises dès qu’on doit passer sur mer ou en l’air avec le fret d’une moto sur les bras. Tous les transits précédents, lors des changements de continents successifs m’ont confirmé que ce n’était jamais un  » long fleuve tranquille », des surprises étaient toujours au bout. La Corée étant quasiment une île, du moins en termes de liaisons terrestres, il a bien fallu trouver une solution.

Des contacts répétés depuis plusieurs mois avec un agent d’expédition, nous soufflant le chaud et le froid, distillant les informations nous ont bien tracassés, surtout sans plan alternatif possible. Des particuliers occidentaux qui importent ou exportent temporairement un véhicule en Corée doit être un fait rarissime, on l’a vu en entrant aux douanes du port de Busan .

Enfin, la moto est maintenant en caisse et container, navigue tranquillement sur les flots quelque part en mer de Chine, ohé, ohé matelots…… du moins on l’espère, et advienne que pourra……

Et pour nous quelques jours de vacances sur les plages de Thailande et rencontres des copains en transit dans la région.

Une sorte de transition entre un voyage qui s’ achève et autre qui va commencer…….

Passez de bonnes fêtes

We arrived in Korea by the port of the second biggest city of the country : Busan. We made a big loop heading north, Seoul, and returned by the west and south coast, bordered by so many islands. The temperatures have dropped down, so we stopped camping, but we were still well welcomed in hotels, motels or small family guesthouses. Road traffic has proven to be a real chinese headache, or rather a Korean one : the access to motorways is forbidden to motorcycles. It is not that we love highways, but going in or out a megacity of 5 or 10 million stressed people through suburbs roads and endless traffic lights is not a pleasure. A great anthropologian mystery : Korean bikers and bus drivers must have Marseillians genes, they got the same driving and honking habits.

Again nice meetings : Jo, Korean biker who helped us greatly for the customs entries formalities. Lee, met in Tajikistan in July that waved at us in the street !!!!

The Korean food was great, although we had trouble to found out what we were eating : seaweeds, salads, or seafood. An alive octopus directly thrown in the broth is making effect on Western people like us.

And if there is still a little bit of « adventure » in motorbike travels, meaning that we do not really know how to do it, how will it go, when will it end, and how much it’s going to cost, it’s the moment when we have to cross the sea. Indeed, all these uncertainties are showing up as soon as we have to cross a sea by boat or plane with the burden of a motorcycle. All the previous transits implying a continent change have confirmed to me that it was never an easy one, surprises were always there. Korea being almost an island, at least in terms of land connections, we had to find a solution.

He had severals contacts for many months with a shipping agent, telling us everthing and its opposite, distilling the information. It bothered us a lot, especially without alternative possible plan. There must be very few western individuals temporarily importing or exporting a vehicle to Korea, as we could see when entering Busan customs.

Finally, the bike is now in a big box and in a container, sailing quietly on the water somewhere in the China Sea…… at least we hope so, and come what may ……

We are now having a little holiday break on Thailand beaches, meetings friends in transit in the area. A kind of transition between a journey that ends and another that will soon begin …….

Merry Christmas

 

Une Réponse


  1. Salut les motards à pied !
    Nous vous souhaitons une belle fin d’année, au soleil ! Ici tout va toujours bien, la maison s’est mise en mode hiver.
    On vous embrasse

Laisser une réponse

Blue Captcha Image
Refresh

*