Retour vers l’Asie

Ce blog relate un nouveau voyage vers l’Asie en duo qui a démarré en avril 2018 au guidon d’une Suzuki 650.

Dans les post précédents, c’est une succession de voyages de 2008 à 2016  jusqu’à  faire le tour du globe à moto Honda 400 XR. 

Bonne lecture

Contact à : beubeu_fanfan@hotmail.com

Articles Récents

post Sarawak, Bornéo

English version at the bottom

Adieu Indonésie, bonjour Malaisie, arrivés par un petit poste frontière nous battons un record de franchissement en moins de 80 mn, malgré le carnet de passage en douane à remplir et à tamponner pour les 2 pays. Nous commençons la partie Malaisienne de Bornéo dans l’état de Sarawak au Km zéro de la trans-Bornéo une voie dite rapide en construction sur les 1500 km de la longueur du pays, on prendra donc les petites routes secondaires.
Dans le parc national de Gunung Gading, nous avons la chance de voir la Raflésia, une fleur dite la plus grande du monde, à la floraison assez rare et courte.
Kuching, la capitale avec des quartiers historiques, des monuments coloniaux restaurés avec goût parmi d’autres très modernes, et puis rencontre d’ Alex un voyageur à moto Sarawakien propriétaire d’un café motos branché qui nous a donné des contacts motards et de bons tuyaux pour les prochaines étapes.

Parcs nationaux superbes pour voir des grottes, cascades et animaux dont les singes Probocis au long nez espèce endémique à Bornéo .

Pour rejoindre l’état de Sabah par voie terrestre , le Brunei, sultanat indépendant richissime par le pétrole, est un passage obligatoire et nous avons aussi battu le record de tampons sur nos passeports avec neuf passages frontaliers en 2 jours et atteint déjà une année de voyage.

Bye bye Indonesia, hello Malaisia. We arrived by a small boarder post, where we broke a record by crossing the boarder in less than 80 mn, despite the custom cards to fill and stamps for both countries. We started to visit the Malaysian part of Borneo by Sarawak state, at the Km zero of the « trans-Borneo » : a so-called fast track under construction on its 1500 km lenght, the size of the country. So we took the small side roads.

In Gunung Gading National Park, we were very lucky and saw the Raflesia, a flower known as the world’s largest, with a rare and short flowering period.

Kuching, the capital with historic districts, colonial monuments tastefully restored among others very modern. There we met Alex, a Sarawakian motorcycle traveler, owning a trendy motorbike cafe who gave us good tips and contacts for the next steps.

Beautiful national parks where we saw caves, waterfalls and animals, including Probocis monkeys with long nose, endemic to Borneo.

To reach Sabah state by land, we had to go throught Brunei, an oil-rich independent sultanate. It was a mandatory stop, where we broke another record : the one of the number of stamps on our passports, with 9 borders crossed in 2 days. It was also our one year of travel anniversary.


post Kalimantan, Bornéo

English version at the bottom

Tout d’abord un bref rappel de géographie politique, l’île de Bornéo – environ une fois et demie la France – comprend 4 états bien séparés, le Kalimantan au sud appartenant à l’Indonésie, le Sarawak, état le plus grand de Malaisie , le Brunei un sultanat indépendant, et le Sabah, dernier état Malais au nord est de Bornéo qui sera le terme de notre périple asiatique.

Nous commençons notre itinéraire par une petite boucle au nord de Balikpapan pour découvrir nos premiers villages Dayak, avec les quelques longues maisons traditionnelles et sculptures en totems.
Le trafic fluvial est important et les barges remplies de charbon extrait des mines alentours s’acheminent doucement vers les ports maritimes pour la Chine ou les centrales locales. C’est une des grosses richesses de la région avec l’huile de palme.

Puis, retour vers le sud, en découvrant quelques régions montagneuses avec des petites routes enchanteresses.
Toujours beaucoup de belles rencontres , de selfies , des mariages.

Nous traversons par hasard l’équateur le jour de l’équinoxe de printemps et par une petite expérience astronomique, vérifions que le soleil est parfaitement à la verticale à midi, il n’y a aucune ombre autour d’un bâton planté verticalement.

Et puis Bornéo c’est aussi la jungle, ses animaux et parcs nationaux où nous avons pu observer des orangs-outans avec d’autres voyageurs, l’envers du décor…c’est de  » l’orang-outan business »

Et oui Bornéo a de plus en plus d espèces animales et végétales en danger car la déforestation et l’industrie du palmier à huile sont puissantes *, nous avons longé des km d’exploitations et des friches de forêts précédemment incendiées pour continuer à planter encore et encore des jeunes palmiers. L’huile de palme, tu en a certainement consommé ou utilisé aujourd’hui, que ce soit dans le carburant ou au travers de notre bonne industrie agro-alimentaire, ou encore savonnerie et cosmétique.

*L’indonésie est en ce moment en pleine campagne électorale, affiches et meetings un peu partout ( on connait ça ), laquelle campagne est financée pour partie par ces grandes compagnies de plantations, et une fois les élus en place, retour sur investissement ou  » renvoi d’ascenseur  » et on leur octroie des nouveaux droits de plantations !
Nous n’allons tout de même pas leur donner des leçons de démocratie, nous avons les mêmes à la maison !!!

Bye bye Indonésie, après plus de 3 mois passés à sillonner une petite partie de ce gigantesque pays si accueillant, passage par une des deux seules frontières terrestres de son voisin, la Malaisie.

English version :

Firstly, a brief reminder of political geography, the island of Borneo is about 1.5 times France. It is made from 4 different states : the Kalimantan to the south belonging to Indonesia ; Sarawak, the largest state of Malaysia ; Brunei, an independent sultanate ; and Sabah, the most north east state of Malaysia which will be the end of our Asian journey.

We started our itinerary by a small loop north of Balikpapan to discover our first Dayak villages, with some long traditional houses and totem carvings. The river traffic is important here, and barges filled up with coal from nearby mines are slowly moving towards chinese seaports or local power plants. It is one of the great incomes of the area, together with palm oil.

Then, we were back to the south of the country, discovering some mountainous regions with lovely roads. Always a lot of beautiful encounters, selfies, and weddings.

By chance, we crossed the Equator on the day of the spring equinox. And thanks to a small astronomical experience, we checked that the sun is perfectly vertical at noon, as there was no shadow around a stick planted vertically.

Borneo is also related to the jungle, its animals and national parks where we could observe orangutans with other travelers !!! (Photo named « The reverse of the scenery … Orangs-Outans business »)

Borneo got an increasing number of endangered plant and animal species, because palm oil industry (and the deforestation it implies) is powerful *. We traveled kilometers of farms and wastelands previously burned to continue planting young palm trees. You have certainly used palm oil today, whether in the fuel or through our food industry, soap or cosmetics.

* Indonesia is currently in the middle of the election campaign, with posters and meetings everywhere (we also know how it is), which campaign is partly funded by these large plantation companies. And once politics are elected, return on investment, companies are granted new planting rights! We will not give them lessons in democracy, we have the same ones at home !!!

Bye bye Indonesia, after more than 3 months spent visiting a small part of this gigantic and welcoming country, we are now crossing one of the two land borders, to reach its neighbor : Malaysia.


post Sulawesi, la suite ……

English translation at the bottom

……. Nous continuons ainsi notre trans-sulawesienne par un itinéraire touristique partagé entre culture, détente, sauts d’îles en îles et découverte de la faune et flore locales dans les parcs nationaux sans oublier les tracasseries administratives de prolongation de visas qui nous ont permis malgré tout de faire de belles rencontres.
– Pays Toraja au centre, à l’architecture et rites funéraires particuliers . (Sacrifices d’animaux pour le défunt )

  • Pays Minahasa au nord de Sulawesi volcans et des marchés où tout se vend et se mange: chauves souris , pythons, cochons , chiens et chats. Âmes et odeurs sensibles s’abstenir , nous avons adopté un frugal régime végétarien à la suite….

Puis, retour vers la côte ouest de Sulawesi, par des régions si peu touristiques qu’il était parfois difficile de trouver un hébergement, que chaque arrêt ne manquait pas de questions d’étonnement, autant par le fait d’être blanc que de voir une si grosse moto, pour chaque fois finir en d’innombrables selfies souvenirs, toujours avec des grands sourires. A notre grande surprise, on a aussi de cette manière été invités à un mariage, vêtus de notre tenue de gala un peu tache !

-Retour sur l’hémisphère sud, arrivés à Palu, ville rendue tristement célèbre par le tremblement de terre et le tsunami de septembre dernier, nous avons pu avoir un ferry, une fois de plus assez aléatoire , qui nous emmènera par une longue traversée épique à Bornéo, Kalimantan, la moto sous les embruns permanents d’eau de mer parmi des tonnes de bananes et une grosse centaine de vaches et chèvres .

This article is still talking about Sulawesian islands, that we discovered  through culture moments, relaxation, jumping from islands to islands and discovering the local fauna and flora in national parks. Of course, we also had administrative hassle of visa extension, that also was the occasion of beautiful encounters.

  • In the center : Toraja with its architecture and special funerary rites (animals sacrifices for the deceased)
  • North of Sulawesi : Minahasa, with its volcanoes and markets where everything is sold and eaten: bats, pythons, pigs, dogs and cats. Sensitive souls and smells should abstain. After that, we changed for a frugal vegetarian diet….
  • Then, we were back to the west coast of Sulawesi, in areas with so little tourism that it was sometimes difficult to find accommodation, and that each stop was the occasion of questions and astonishment : as much because of seeing white person than seeing such a big bike. It always ended by countless selfies, together with big smiles. To our surprise, we were also invited to a wedding, dressed in our best outfit, but still not very adapted !
  • Then we were back on the southern hemisphere, as we arrived in Palu. This city is known for last September earthquake and tsunami. We could catch a ferry, once again rather random, which took us by a long epic crossing in Borneo, Kalimantan. The motorcycle was under a sea salt spray, among tons of bananas and about a hundred of cows and goats.

Articles plus Anciens

Indonésie Java Sulawesi

La Corée

Japon, suite et fin

Le Japon

La Sibérie

La Mongolie

Kirghistan et Kazakstan